• 8 décembre 2022 23:41

Le « changement de donne » en Ukraine : Un conflit majeur est-il inévitable ?

Sep 29, 2022

par Alastair Crooke.

Toute solution politique – aussi théorique soit-elle, à ce stade – impliquerait que Moscou s’assoit avec l’Occident collectif. Kiev est devenu un spectateur.

La Russie se prépare à une escalade dans cette guerre. Elle augmente ses forces au niveau minimum qui lui permettrait de faire face à une offensive majeure de l’OTAN. Cette décision n’a pas été précipitée par une attrition significative de la force existante. Les faits sont clairs : les milices de Donetsk et de Lougansk représentent la majorité des forces alliées russes qui combattent dans le Donbass. Les milices ont toutefois été renforcées par des soldats sous contrat du Groupe Wagner et des combattants tchétchènes, plutôt que par des forces russes régulières.

Mais cela est sur le point de changer. Le nombre de soldats réguliers russes combattant en Ukraine va augmenter de façon spectaculaire. Cependant, les référendums dans les oblasts ukrainiens viennent en premier ; et ceux-ci seront suivis par l’acceptation des résultats par le gouvernement russe et la Douma, qui approuveront l’annexion de ces territoires. Une fois cette étape franchie et les territoires assimilés à la Russie, toute attaque contre les nouveaux territoires russes sera traitée comme un acte de guerre contre la Russie. Comme le note l’ancien diplomate indien M.K. Bhadrakumar, « l’adhésion du Donbass, de Kherson et de Zaporijia crée une nouvelle réalité politique et la mobilisation partielle de la Russie sur une voie parallèle est destinée à lui fournir un soutien militaire ».

Il est clair que nous – le monde – sommes à un moment charnière. La « Russie collective » a conclu que l’ancienne guerre de basse intensité n’était plus viable :

Des flux inimaginables de milliards de dollars occidentaux, trop de doigts de l’OTAN dans le gâteau ukrainien, une « piste Hô Chi Minh » trop large d’armes avancées et à longue portée, et trop d’« illusions » que Kiev peut encore gagner d’une manière ou d’une autre – ont effectivement miné toute « solution de sortie de route » et laissent présager une escalade inexorable.

Eh bien, la « Russie collective » a décidé de « prendre de l’avance » et de porter les affaires de l’Ukraine à leur comble. C’est un risque ; c’est pourquoi nous avons atteint un point d’inflexion. La question à 64 000 dollars est de savoir quelle sera la réaction étudiée des dirigeants politiques occidentaux au discours de Poutine. Les prochaines semaines seront cruciales.

Le fait est que les dirigeants occidentaux « prétendent » que Poutine ne fait que bluffer – car il est en train de perdre. Le battage médiatique occidental est en train de « viser la lune » : « Poutine est paniqué, les marchés russes chutent, les jeunes hommes fuient la conscription ». Oui, l’indice MICEX a clôturé en hausse jeudi, le rouble est resté stable et les grandes files d’attente se font dans les bureaux de recrutement plutôt que dans les bureaux des compagnies aériennes.

Soyons clairs : la mobilisation limitée annoncée par Poutine ne s’applique qu’à ceux qui servent dans les réserves russes et qui ont déjà fait leur service militaire. Il est peu probable qu’elle entrave l’économie.

Le retrait tactique pré-planifié de la Russie de Kharkiv – bien que logique sur le plan militaire, étant donné le nombre de troupes nécessaires pour défendre une frontière de 1000 km – a suscité dans tout l’Occident un fantasme de panique à Moscou et de fuite des forces russes de Kharkiv devant l’avancée de l’offensive ukrainienne.

Le danger de tels fantasmes est que les dirigeants commencent à croire leur propre propagande. Comment les rapports des services de renseignement occidentaux ont-ils pu devenir aussi éloignés de la réalité ? L’une des raisons est sans aucun doute la décision explicite d’élaborer des renseignements « choisis » pour servir de propagande anti-russe délibérément « divulguée ». Et où serait la meilleure carrière pour un tel matériel de propagande ? À Kiev. Il semble que, dans une large mesure, les services de renseignement en viennent à accepter et à diffuser ce que dit Kiev, sans en vérifier l’exactitude.

Oui, c’est difficile à croire (mais ce n’est pas sans précédent). Les politiciens aiment naturellement ce qui semble renforcer leurs récits. Les évaluations contraires sont accueillies par des grimaces.

Par conséquent, les dirigeants occidentaux redoublent de promesses pour continuer à envoyer de l’argent et des armes de pointe à l’Ukraine, qui seront utilisées pour attaquer – entre autres – les civils russes. Le nouveau discours coordonné de l’Occident est le suivant : du côté russe, un seul homme peut mettre fin à la guerre ; de l’autre côté, si l’Ukraine arrête la guerre, cela signifiera « pas d’Ukraine ».

Les néoconservateurs, tels que Robert Kagan, ont naturellement apporté leur propre touche au discours officiel en affirmant que Poutine bluffe. Kagan a écrit dans Foreign Affairs :

« La Russie possède peut-être un arsenal nucléaire redoutable, mais le risque que Moscou l’utilise n’est pas plus élevé aujourd’hui qu’il ne l’aurait été en 2008 ou en 2014, si l’Occident était alors intervenu. Et il [le risque nucléaire] a toujours été extraordinairement faible : Poutine ne comptait pas atteindre ses objectifs en se détruisant et en détruisant son pays, ainsi qu’une grande partie du reste du monde. »

En bref, ne vous inquiétez pas d’entrer en guerre avec la Russie, Poutine n’utilisera pas « la bombe ». Vraiment ?

Encore une fois, pour être clair, Poutine a déclaré dans son discours du 21 septembre : « Ils [les dirigeants occidentaux] ont même eu recours au chantage nucléaire… [Je me réfère] aux déclarations faites par certains représentants de haut rang des principaux pays de l’OTAN sur la possibilité et l’admissibilité d’utiliser des armes de destruction massive – des armes nucléaires – contre la Russie ».

« Je tiens à rappeler […] qu’en cas de menace contre l’intégrité territoriale de notre pays, et pour défendre la Russie et notre peuple, nous utiliserons sans aucun doute tous les systèmes d’armes dont nous disposons. Ce n’est pas du bluff ».

Ces néoconservateurs qui prônent la « dissuasion dure » entrent et sortent du pouvoir, sont parqués dans des endroits comme le Council on Foreign Relations, Brookings ou l’AEI, avant d’être rappelés au gouvernement. Ils ont été aussi bien accueillis à la Maison Blanche d’Obama ou de Biden, qu’à celle de Bush. Pour eux, la guerre froide n’a jamais pris fin et le monde reste binaire : « nous et eux, le bien et le mal ».

Bien sûr, le Pentagone ne croit pas au mème de Kagan. Ils savent bien ce qu’implique une guerre nucléaire. Pourtant, les élites politiques de l’UE et des États-Unis ont choisi de placer tous leurs jetons sur la roulette qui atterrit sur « l’Ukraine » :

L’expression symbolique de l’Ukraine sert désormais de multiples objectifs : principalement, pour détourner l’attention des échecs nationaux – « Sauver l’Ukraine » offre un récit (bien que faux) pour expliquer la crise énergétique, l’inflation galopante et les fermetures d’entreprises. C’est aussi une icône pour le cadre de « l’ennemi intérieur » (les chuchoteurs de Poutine). Et il sert à justifier le régime de contrôle actuellement en cours de préparation à Bruxelles. En bref, elle est politiquement très utile. Peut-être même existentiellement essentiel.

La Russie a donc fait le premier pas vers un véritable pied de guerre. L’Occident serait bien avisé de reconnaître et de comprendre comment cette situation s’est produite, plutôt que de prétendre à son public que la Russie est au bord de l’effondrement – ce qui n’est pas le cas.

Comment la « Russie collective » en est-elle arrivée là ? Comment les pièces du puzzle s’assemblent-elles ?

La première pièce de ce puzzle est la Syrie : Moscou y est intervenu avec un engagement minuscule – quelque 25 chasseurs Soukhoï et pas plus de 5000 hommes. Là, comme en Ukraine, l’opération a consisté à soutenir les forces de la ligne de front. En Ukraine, en aidant la milice du Donbass à se défendre – et en Syrie, en offrant à l’armée syrienne un soutien aérien, des renseignements et une médiation de proximité avec ceux avec lesquels Damas ne discute pas.

L’autre élément clé pour comprendre la « posture » de la Russie en Syrie est que Moscou pouvait compter, pour les combats de pointe au sol, sur deux auxiliaires de combat hautement qualifiés et motivés, en plus de l’armée syrienne traditionnelle : le Hezbollah et le Corps des gardiens de la révolution islamique.

Dans l’ensemble, cette intervention russe – limitée à un rôle de soutien – a néanmoins donné des résultats politiques. La Turquie a joué le rôle de médiateur et l’accord d’Astana en a résulté. Bien qu’Astana n’ait pas été un grand succès, son cadre est toujours d’actualité.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le déploiement de Moscou en Syrie a finalement été orienté vers une solution politique.

Passons rapidement à l’Ukraine : Les milices de Donetsk et de Lougansk représentent la majorité des forces alliées à la Russie qui combattent dans le Donbass. Ces milices sont renforcées par des soldats sous contrat du groupe Wagner et des combattants tchétchènes. Cela explique pourquoi les pertes russes de 5800 tués et blessés au cours de l’opération militaire spéciale sont « faibles ». Les forces russes étaient rarement sur les lignes de front de cette guerre. (En Syrie, elles n’étaient pas du tout sur les lignes de front).

Ainsi, le plan de la Syrie a effectivement été soulevé dans les airs et adapté à l’Ukraine. Qu’est-ce que cela nous apprend ? Cela suggère qu’à l’origine, l’équipe Poutine était orientée vers un règlement négocié en Ukraine, tout comme en Syrie. Et cela a failli se produire. La Turquie a de nouveau joué le rôle de médiateur, et des pourparlers de paix ont eu lieu à Istanbul fin mars, avec des résultats prometteurs.

Sur un point toutefois, les événements n’ont pas suivi le modèle syrien. Boris Johnson a immédiatement sabordé l’initiative de règlement, avertissant Zelensky qu’il ne devait pas « normaliser » avec Poutine et que, s’il parvenait à un accord, celui-ci ne serait pas reconnu par l’Occident.

Après cet épisode, l’opération militaire spéciale n’en a pas moins continué dans son format très restreint (sans aucun signe de solution politique à l’horizon). Il a également persisté, malgré les preuves croissantes que la destruction des défenses que l’OTAN avait mis huit ans à ériger dans le Donbass était probablement au-delà des capacités de la milice. En bref, l’opération militaire spéciale montrait ses limites : ce qui fonctionnait en Syrie ne fonctionnait pas en Ukraine.

Des forces plus importantes étaient manifestement nécessaires. Pouvait-on y parvenir en modifiant l’opération militaire spéciale (qui imposait des contraintes juridiques aux forces régulières russes servant en Ukraine), ou fallait-il procéder à une refonte complète ? Le résultat a été la mobilisation limitée et le résultat des référendums.

Il est clair, cependant, que la décision d’assimiler le territoire ukrainien exclurait tout règlement politique probable, mais cette dernière possibilité s’éloignait de toute façon à mesure que l’Occident se laissait aller à ses fantasmes d’une victoire complète de l’Ukraine et que l’OTAN intensifiait son action. La « guerre » concernait de moins en moins l’Ukraine et devenait de plus en plus une guerre de l’OTAN contre la Russie.

Toute solution politique – même théorique, à ce stade – impliquerait que Moscou s’assoit avec l’Occident collectif. Kiev était devenu un spectateur.

C’est à ce moment-là qu’une autre géopolitique s’est imposée dans l’équation : La Russie, sous le coup des sanctions, doit poursuivre une stratégie de construction d’une « profondeur stratégique » protégée qui se négocie dans ses propres devises (en dehors de l’hégémonie du dollar). MacKinder a appelé cette sphère « l’île mondiale » – une masse terrestre, bien éloignée des grandes puissances navales.

La Russie a besoin du soutien des BRICS et de l’OCS en tant que partenaires pour créer cette « profondeur stratégique commerciale » et pour le projet d’ordre mondial multipolaire. Toutefois, certains de ses dirigeants – en particulier la Chine et l’Inde -, conscients de la charte fondatrice de l’OCS de 2001, pourraient naturellement avoir des difficultés à soutenir publiquement les projets de la Russie en Ukraine.

Oui, la Chine et l’Inde sont sensibles aux interventions dans d’autres États, et l’équipe Poutine a travaillé dur, informant continuellement ses alliés sur l’Ukraine, afin qu’ils puissent comprendre le contexte complet du conflit. Le sommet de Samarcande a été la dernière « pièce » – le briefing personnel sur ce qui allait se passer en Ukraine, qui devait se mettre en place.

Comment l’Occident va-t-il réagir ? En affichant publiquement sa « fureur », c’est certain ; pourtant, malgré le battage médiatique, certaines réalités fondamentales devront être abordées : L’Ukraine, avec ses forces sévèrement érodées, a-t-elle les moyens de poursuivre cette guerre après la perte de tant d’hommes ? L’Europe est-elle même capable de se mobiliser en vue d’une guerre plus vaste de l’OTAN contre la Russie ? Les États-Unis et l’Europe conservent-ils un stock suffisant de munitions, après qu’une telle quantité soit déjà passée entre les mains de Kiev ?

Les prochaines semaines cruciales apporteront des réponses.

source : Strategic Culture Foundation

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.